10-08-2018 | Affections

En été, gare à l’intoxication alimentaire !

On va encore vous surprendre… ll fait très chaud cet été ! Avec de telles températures, il faut être très vigilant avec les aliments pour éviter l’infection et l’intoxication alimentaire. Mais quelle est la différence entre les deux et comment les éviter ? Dans cet article, nous vous livrons toutes les informations intéressantes à ce sujet.

L’infection ou l’intoxication alimentaire est provoquée par la consommation d’aliments qui contiennent des agents pathogènes (bactéries, virus, parasites). Elle survient lorsque les conditions de conservation ou d’hygiène, en cuisine ou durant la fabrication ou le transport, sont insuffisantes et contaminent donc les aliments. Pour vous donner une idée de l’ampleur du phénomène, voici le nombre d’infections alimentaire reportées en Belgique en 2015, par ordre décroissant :

  • Viande et produits à base de viande : 264 cas
  • Poisson et crustacés : 179 cas
  • Fruits et légumes : 94 cas
  • Eau du robinet : 52 cas
  • Produits de boulangerie : 27 cas

N.B. : en 2015, il y a eu 1673 cas d’infections et d’intoxication alimentaires, dont 2 cas de botulisme, une pathologie potentiellement mortelle.

Quelle est la différence entre l’infection alimentaire et l’intoxication alimentaire ?

intoxication alimentaire symptômes

Une infection alimentaire induit une inflammation de l’estomac et des intestins causée par une bactérie, un virus ou un parasite.

Lors d’une intoxication alimentaire, en revanche, ce sont les substances ou toxines produites par les aliments qui sont responsables de l’affection.

Enfin, il existe encore la toxi-infection alimentaire, une infection qui s’améliore généralement d’elle-même après 24 heures se caractérise par les symptômes suivants :

  • Nausées
  • Vomissements
  • Crampes d’estomac
  • Parfois céphalée (maux de tête) et fièvre

Quelles sont les complications d’une intoxication alimentaire ?

Une intoxication alimentaire peut être banale et se résorber d’elle-même en 24 heures. Cependant, certaines personnes sont plus à risque de développer des complications, comme les enfants en bas âge, les personnes âgées, les femmes enceintes et les personnes immunodéprimées.

Le premier risque est la déshydratation, mais une infection alimentaire peut également engendrer des conséquences plus graves comme une insuffisance rénale, des troubles du système nerveux, une fausse couche chez la femme enceinte, voire même la mort, dans le cas du botulisme.

Comment éviter l’intoxication alimentaire ?

Puisque l’intoxication alimentaire est liée à un aliment contaminé, il faut respecter les mesures de conservations et d’hygiène, dont voici quelques exemples.

Lors d’un barbecue :

  • Ne sortez la viande qu’au dernier moment avant de la cuire.
  • Utilisez des couverts différents pour la viande cuite et la viande crue.
  • Placez les restes le plus rapidement au frigo, ne les laissez pas traîner, surtout pas au soleil…

À la maison :

éviter intoxication alimentaire
  • Veillez à travaillez sur un plan de travail propre et désinfecté.
  • Lavezvous les mains régulièrement et avant tout contact avec de la nourriture. Utilisez une serviette différente pour les mains et pour la vaisselle.
  • Ne laissez pas les aliments dégeler à l’air ambiant mais placezles plutôt au four à micro-ondes ou au réfrigérateur.

En cas de pique-nique :

  • Munissezvous d’un sac réfrigérant.
  • Séparez les aliments crus des aliments cuits.
  • Placez les œufs, les sauces et les tartinables au frais.
  • Remballez la nourriture directement après le repas.

À l’étranger :

  • Évitez de consommer l’eau du robinet dans les pays exotiques.
  • Pelez ou épluchez vos fruits et vos légumes.
  • Évitez les produits laitiers à base de lait non pasteurisé.
  • Ne consommez pas de la nourriture qui a traîné dans les échoppes ou sur les marchés, privilégiez les aliments cuisinés devant vous.

Que faire en cas de contamination alimentaire ?

La première mesure à prendre est de s’hydrater. En effet, une intoxication alimentaire induit souvent de la diarrhée ou des vomissements. Il faut donc compenser ces pertes pour éviter la déshydratation. Il existe d’ailleurs des traitements pour prévenir la déshydratation, pour restaurer la flore intestinale, pour favoriser la digestion (à base de gingembre, par exemple) ou lutter contre les vomissements. L’affection peut durer plusieurs jours, consultez votre médecin en cas de forte fièvre ou d’affaiblissement général.

Si vous pensez avoir détecté l’aliment responsable de votre intoxication alimentaire, mieux vaut le signaler à l’AFSCA (l’agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire) afin d’éviter d’autres contaminations.

Nous désirons connaître votre opinion, partagez-la avec nous ici
Blog - La santé et le bien-être d'abord !

Bienvenue sur le blog Viata. Vous y trouverez tout ce qui concerne la santé et le bien-être, qui occupent le premier plan.