Voir tous les thèmes »

Les tiques et la maladie de Lyme

La maladie de Lyme (Lyme disease en anglais), aussi appelée borréliose de Lyme, zoonose ou parasitose, est transmise par les tiques. En effet, lorsque la tique suce notre sang, il y a un contact entre notre peau et le système digestif de la tique, qui peut contenir la bactérie Borrelia, si la tique est infectée. Cette affection peut être dangereuse car elle peut atteindre certains organes ou systèmes, comme le système nerveux, la peau et les articulations. Il existe un traitement antibiotique contre la maladie de Lyme, mais en l’absence de ce traitement, ou s’il est pris trop tard, l’infection évolue en 3 phases, qui peuvent s’étaler sur plusieurs années et qui peuvent engendrer une maladie chronique. Plus la maladie de Lyme est prise en charge rapidement, plus les chances de guérison sont élevées.

Les tiques

Que sont les tiques ?

tiques

Les tiques sont de petits insectes arachnides, elles ont donc 8 pattes et un corps rond, qui peut être noir, brun, gris, orange ou blanc. On les retrouve dans les hautes herbes et les milieux boisées, c’est-à-dire, en forêt, dans les dunes, les parcs et tous les espaces verts. Elles touchent donc plus souvent les enfants, les travailleurs agricoles, les marcheurs et les promeneurs, mais aussi les jardiniers, les sportifs, les animaux, etc. Elles sont surtout présentes du printemps à l’été, et elles sont très nombreuses cette année.

Elles s’accrochent à la peau des vertébrés pour se nourrir de leur sang. Elles peuvent donc se loger dans la peau d’un animal, généralement un mammifère, ou d’un Homme. Les tiques sont fréquentes chez les chiens et chez les enfant, qui jouent plus souvent dans l'herbe et dans les bois que les adultes. La personne ou l’animal porteur d’une tique est appelé « hôte ».

Comment la tique transmet-elle la maladie de Lyme ?

Pour sucer le sang de leur hôte, les tiques enfoncent leur tête munie de crochets dans la peau. Elles ont ainsi accès aux petits vaisseaux qui irriguent la peau. Ce n’est pas la piqûre ou la morsure de tique qui est responsable de la transmission de la maladie de Lyme, mais bien la bactérie Borrelia. Cette bactérie n’est pas présente chez toutes les tiques. C’est pourquoi, heureusement, tous ceux qui se font piquer ou mordre par une tique ne développent pas la maladie.

La tique transmet-elle toujours la maladie de Lyme ?

Si la tique est infectée par la borrélie, elle peut la transmettre à son hôte via sa salive. Il faut, pour ce faire, qu’elle passe plusieurs heures sur la peau (plus de 12 heures). En effet, si elle est retirée directement ou assez vite, elle ne sera normalement pas contaminante, même si elle a déjà provoqué une lésion.

Comment reconnaître une tique ?

Les tiques sont visibles à l’œil nu : ce sont de petits insectes bruns ou noirs, avec le ventre parfois orange ou blanc. Sur la peau, elles peuvent simplement ressembler à un petit point noir. Parfois, la piqûre peut être ressentie par l’hôte, mais elle peut également passer inaperçue. Une zone rouge peut également apparaître autour de la morsure, mais pas toujours. Si les tiques restent accrochées trop longtemps, elles peuvent devenir dangereuses, car certaines d'entre elles sont porteuses de la maladie de Lyme. La piqûre de tique peut alors provoquer alors un certain nombre de symptômes désagréables. Si vous présentez des symptômes à la suite d'une piqûre de tique, consultez impérativement votre médecin généraliste. Il vous prescrira alors des antibiotiques. Vous trouverez les principaux symptômes ci-dessous.

Inspectez systématiquement votre corps, celui de votre partenaire ou de votre enfant, ou encore de votre animal, surtout si vous vous êtes baladé dans la nature. Pour chercher une tique, inspectez minutieusement les plis cutanés. Les tiques aiment se loger dans les zones chaudes et humides, à savoir, les plis du corps : le creux du coude ou du genou, l’aisselle, l’aine, ou encore derrière les oreilles. L’inspection est donc le mot d’ordre !

Comment enlever une tique ?

Ne la grattez pas, ne l’endormez pas avec de l’alcool et évitez la pince à épiler, car vous risqueriez de laisser la tête à l’intérieur de la peau, ce qui augmenterait le risque de contracter la maladie de Lyme. N'essayez pas non plus de l'enlever avec du savon. Pour enlever une tique, utilisez toujours une pince à tiques, que ce soit chez un enfant, un chien ou un chat. Par ailleurs, ne désinfectez la zone qu’une fois la tique retirée et observez bien l’endroit de la morsure de tique pendant plusieurs jours. Assurez-vous toujours que la tique soit complètement enlevée. Si vous n'enlevez pas la tique correctement, elle pourrait causer une infection ou la maladie de Lyme.

Comment éviter les tiques ?

Il existe certains produits répulsifs contre les tiques, mais la meilleure protection reste les vêtements comme les pantalons, les manches longues, les chaussures fermées et les chapeaux, surtout pour les enfants.

N.B. : pour tout savoir sur les tiques chez nos amis les animaux, lisez notre article à ce sujet !

La cause de la contamination et les symptômes de la maladie de Lyme

La maladie de Lyme est une maladie infectieuse liée à la contamination par une certaine bactérie, à savoir la bactérie Borrelia, dont la tique peut être porteuse. La tique contracte cette bactérie lorsqu’elle se nourrit du sang d’animaux comme des rongeurs (souris, écureuils, etc.), des oiseaux ou d’autres mammifères (chevaux, chien, chevreuils, etc.). Chez ces animaux, la maladie de Lyme ne se développe pas. La tique ingère donc la bactérie dans son système digestif et la transmet à l’Homme lorsqu’elle se nourrit de son sang. Notez qu’elle doit rester environ 12 heures accrochée pour qu’il y ait un risque de contamination. Pour contracter la maladie de Lyme, il faut donc être piqué ou mordu par une tique infectée et que celle-ci se nourrisse de votre sang pendant plusieurs heures. Les êtres humains ne peuvent pas se transmettre la maladie de Lyme. La maladie n'est d'ailleurs pas contagieuse d'une personne à l'autre. Les chiens peuvent également contracter la maladie de Lyme, mais, eux aussi, toujours à la suite d’une morsure de tique.

Les symptômes de la maladie de Lyme

Les symptômes de la maladie chronique de Lyme peuvent être difficiles à détecter et ne se manifestent pas toujours, mais les conséquences de cette pathologie peuvent très graves. La maladie n'est pas directement mortelle, mais les symptômes peuvent s'aggraver à un point tel qu'ils peuvent en devenir mortels. Les arythmies cardiaques en sont un exemple éloquent. L’infection de Lyme peut ainsi facilement passer inaperçue ou être confondue avec d’autres maladies. La maladie de Lyme évolue en 3 grandes phases :

La phase primaire ou initiale de la maladie de Lyme : l'érythème cutané migrant

À ce stade de la maladie de Lyme, les symptômes sont absents dans environ 50 % des cas. Érythème cutané migrant (ECM) : rougeur qui apparaît entre 3 et 30 jours après la piqûre de tique.

maladie lyme symptomes

  • La lésion est ovale et s’étend autour de l’endroit de la piqûre, elle est plus rouge au centre que sur les pourtours, avec parfois un cercle blanc entre les deux, et elle ne gratte pas. Elle survient le plus souvent au niveau des jambes et parfois sur les bras ou le visage.

  • Plus rarement :

  • Maux de tête

  • Douleurs articulaires, raideurs de la nuque

  • Légère fièvre (généralement quelques heures après la piqûre)

  • Fatigue

  • Ganglions gonflés (ce qui témoigne de la dissémination de la bactérie dans l’organisme)

Il existe des antibiotiques contre la maladie de Lyme, mais en l’absence de traitement, la lésion disparaîtra d’elle-même (elle reviendra cependant au stade suivant de la maladie).

La phase secondaire de la maladie de Lyme : l'infection disséminée

Cette phase peut se révéler plusieurs semaines ou plusieurs mois après la disparition de l’ECM, et elle peut être le premier signe de la maladie de Lyme, puisque dans la moitié des cas, il n’y a même pas de rougeur cutanée en phase primaire. Les symptômes sont divers :

Symptômes cutanés

(Ré)apparition de lésions cutanées similaires à celle observée lors de la phase initiale de la maladie de Lyme.

Symptômes neurologiques (neuroborréliose)

  • Douleur à l’endroit de la piqûre

  • Atteinte du nerf facial (névralgie, paralysie faciale)

  • Maux de tête

  • Méningite

  • Raideur de la nuque

  • Troubles du sommeil

  • Perturbation de l’audition

Symptômes articulaires (plus rares en Europe)

  • Douleurs ou inflammation articulaires (surtout au niveau du genou, du coude ou de l’épaule)

  • Courbatures

  • Douleurs dans les membres

Symptômes cardiaques et respiratoires (rares)

  • Syncope (perte de connaissance)

  • Palpitations

  • Douleurs thoraciques

  • Troubles du rythme cardiaque

  • Difficultés respiratoires

La phase tertiaire ou tardive de la maladie de Lyme : la borréliose de Lyme chronique

Cette phase survient des mois voire des années après la piqûre de tique infectée. La maladie de Lyme devient alors chronique et les symptômes sont de plus en plus prononcés. Par ailleurs, elle peut être accompagnée de troubles cardiaques, gastro-intestinaux, nerveux, ou musculaires. Ces signes sont difficiles à attribuer à la maladie de Lyme, comme les sinusites, l’arthrite ou encore, les acouphènes (sifflements dans les oreilles).

Voici quelques manifestations possibles :

Symptômes cutanés

  • Inflammation de la peau qui peut même aller jusqu’à l’atrophie (acrodermatite chronique atrophiante ou maladie de Pick Herxheimer)

  • Lymphocytome cutané : nodule rouge ou violet qui apparaît souvent au niveau du visage ou du lobe de l’oreille et qui disparaît généralement de lui-même (parfois présent à la phase secondaire)

Symptômes articulaires

  • Arthrite ou polyarthrite persistante ou plus importante, avec parfois un gonflement des articulations comme les genoux, les coudes, les hanches, les épaules ou les poignets.

Symptômes nerveux et oculaires

  • Troubles oculaires

  • Troubles cognitifs

  • Troubles de la concentration, fatigue

  • État dépressif, voire agressivité

  • Troubles neuromusculaires (faiblesse musculaire, troubles moteurs)

La prévention de la maladie de Lyme

La prévention repose sur l’évitement des piqûres de tiques. Pour ce faire, évitez de vous promener jambes nues dans les hautes herbes, suivez les chemins ou les allées tracés, et portez un pantalon et des longues manches lorsque vous vous baladez dans les bois ou dans les espaces verts. Observez toujours attentivement les zones clés le soir.

Vous pouvez également utiliser un produit contre les tiques, à appliquer sur les vêtements ou directement sur la peau. Veillez aussi à inspecter vos animaux domestiques à la recherche de tiques et à utiliser des produits contre les tiques pour eux aussi.

Si vous avez été piqué par une tique, retirez-la le plus vite possible. Vous pouvez l’enlever délicatement avec une pince spéciale à tique ou bien une pince à épiler aux bords recourbés. Vous devez glisser l’ustensile entre la peau et l’insecte puis tourner délicatement dans le sens inverse des aiguilles d’une montre (anti-horloger). Désinfectez ensuite l’endroit de la piqûre à l’alcool.

Observez la zone de la piqûre dans les jours qui suivent puis toutes les semaines pour détecter une éventuelle rougeur. Si une lésion apparaît, évaluez son évolution pendant plusieurs semaines et, si elle s’étend, consultez un spécialiste.

La vaccination contre la maladie de Lyme

prevention maladie lyme

Il n’y a pas de vaccin contre la maladie de Lyme, puisqu’elle est due à une bactérie. Cependant, il existe bel et bien un vaccin contre l’encéphalite à tiques. Cette pathologie, responsable de troubles neurologiques, est également transmise par la tique, via les flavivirus. Puisqu’elle est causée par un virus, il existe un vaccin. Si vous prévoyez un voyage dans la nature ou dans les bois, pensez donc peut-être à vous faire vacciner contre l’encéphalite à tiques.

Le diagnostic de la maladie de Lyme

Le diagnostic clinique repose tout d’abord sur l’observation de la lésion éventuelle et sur l’analyse des activités du patients. Le médecin peut ensuite demander une analyse de sang (prise de sang) pour détecter la présence d’anticorps contre la bactérie, mais elle ne permet pas toujours de confirmer l’infection, surtout au premier stade de la maladie de Lyme. En cas de doutes, d’autres examens peuvent avoir lieu, comme un électrocardiogramme ou des prélèvements divers (cutané, cérébro-spinal, articulaire, etc.). Le diagnostic différentiel est cependant très difficile à établir car, à tous les stades de la maladie de Lyme, les symptômes peuvent être associés à d’autres pathologies.

L’autotest de la maladie de Lyme

Saviez-vous qu’il existe désormais un autotest de la maladie de Lyme ? Ce test permet de détecter un taux élevé d’anticorps contre la bactérie responsable de la maladie de Lyme, et donc, une infection récente à la bactérie, à savoir, entre 2 et 6 semaines après la piqûre de tique. Si vous avez été mordu par une tique que vous pensez avoir enlevé trop tard, n’hésitez pas à réaliser ce test pour en avoir le cœur net. Attention, en cas de résultat positif, vous devez absolument consulter votre médecin.

Le traitement de la maladie de Lyme

La maladie de Lyme peut-elle être guérie ? Bien qu'il s'agisse d'une pathologie chronique, elle peut être traitée à condition de s'y prend à temps. Le traitement consiste principalement en une antibiothérapie. La prise d’antibiotique ne sera généralement pas préventive, mais plutôt prescrite en cas de manifestations de la maladie de Lyme. Les antibiotiques permettent de guérir la maladie de Lyme en phase primaire. En ce qui concerne les autres phases, le traitement varie et peut parfois nécessiter une hospitalisation et l’administration de corticoïdes en cas de troubles du rythme cardiaque. Certains patients, dont ceux qui avaient développé une neuroborréliose, peuvent encore ressentir des troubles subjectifs jusqu’à 10 ans après la guérison. La maladie de Lyme peut alors être considérée comme « chronique ».

Les complications de la maladie de Lyme

Les principales complications sont l’aggravation des symptômes de la phase secondaire et tertiaire. Certains d’entre eux pourraient devenir chroniques ou avoir des conséquences graves. Mieux vaut donc tâcher au mieux de prévenir la maladie de Lyme ou de la détecter à temps, en enlevant les tiques rapidement et en surveillant l’évolution des éventuelles piqûres.